Parc national de forêts, en Champagne et Bourgogne
-A +A
Share

Le territoire du Parc national de forêts

Le Parc national de forêts est le premier parc national français de plaine, celui situé le plus au nord de l’hexagone, au-dessus d’une ligne Lyon-Nantes. Situé sur le plateau de Langres, à cheval entre le sud de la Haute- Marne et le nord de la Côte-d’Or, le territoire du Parc national de forêts n’est pas aussi plat qu’on pourrait le croire.

 

Vallons et vallées guident le visiteur à travers ses paysages forestiers, alternant avec les zones de plateau. Les points hauts, couverts par de grands massifs forestiers, culminent aux alentours de 500m d’altitude, surplombant des combes et vaux aux accès abrupts et sinueux.De part et d’autre, le territoire est bordé par deux côtes caractéristiques des bordures du Bassin parisien.

La Côte de Meuse, appelée localement cuesta châtillonnaise, surplombe la vallée Châtillonnaise au nord-ouest du territoire.

Si la plaine est surtout occupée par les grandes cultures, le front de côte présente de petites parcelles où l’on trouve des vignes, des vergers, de jeunes bois et, quand elles ont subsisté, des pelouses sèches, à la flore remarquable.

La Côte de Moselle, qui domine la vallée de la Vingeanne, se poursuit plus au sud par les prestigieux vignobles des Côtes de Nuits et des Côtes de Beaune.

Le Parc national de forêts s’étend sur 241 089 hectares

Son aire optimale d’adhésion, autrement dit la zone qui entoure le cœur, correspond aux espaces ayant vocation à composer le parc national. Elle est fixée par le décret de création du Parc national et comprend 127 communes pour une surface de 184 475 ha.

L’aire d’adhésion du Parc national de forêts compte 95 communes composent l’aire d’adhésion - 47 en Côte d’Or et 48 en Haute-Marne, totalisant une superficie de 143 233 ha.

Le périmètre d’intervention du Parc national de forêts couvre donc une superficie de 199 847 ha, et concerne 107 communes (dont 12 non adhérentes mais concernées par le cœur).

Ce périmètre est constitué par les territoires en continuité géographique ou en solidarité écologique (interdépendance des êtres vivants, entre eux et avec les milieux dans lesquels ils vivent, qu'ils soient naturels ou aménagés de deux espaces attenants) avec le cœur de parc.

A l’intérieur de ce périmètre, les communes décident librement de leur adhésion à la charte du Parc national, constituant ainsi l’aire d’adhésion du Parc.

Un coeur pour le parc national

Afin de préserver le caractère du Parc national de forêts, ce qui en fait l’essence et constitue sa raison d’être, une zone représentative des caractéristiques du territoire appelée cœur est soumise à une réglementation particulière qui encadre plus ou moins fortement certaines activités afin de s’assurer de leur compatibilité avec la préservation du patrimoine naturel, culturel et paysager.

Le cœur du Parc national de forêts totalise 56 614 ha et s’étend sur 60 communes. Il est à 95% forestier, constitué en grande partie de forêts publiques (domaniales ou communales).

Les forêts, majoritairement feuillues, du 11ème parc national français, sont représentatives des plateaux calcaires du nord-est de la France. Au carrefour des influences climatiques continentale et océanique, subissant des entrées méditerranéennes, elles comptent l’une des plus importantes diversités d’essences d'arbres par hectare de France (jusqu’à plus de 15), le hêtre étant la plus courante.

Par ailleurs, du fait de leur ancienneté pluriséculaire, elles abritent des espèces sensibles, ailleurs rares, et qui ont bénéficié ici de leur couvert continu. A leurs côtés, se présentent de nombreux milieux naturels, marais tufeux, pelouses   calcaires, prairies, riches en espèces végétales rares comme le Sabot de Vénus. Si les populations de cerfs, chevreuils et sangliers sont très abondantes, on rencontre également des espèces remarquables comme le chat sauvage ou la cigogne noire, emblème du Parc national de forêts. L'eau est également très présente avec 694 kilomètres de cours d'eau, de nombreuses sources et zones humides.

Forêts Arc-Châteauvillain
Forêt de Châtillon
Forêt d'Auberive vallon d'Amorey

Un territoire préservé depuis la nuit des temps

De vastes forêts, des sources et des rivières, des paysages préservés, des activités économiques liées étroitement aux ressources locales…

Ces particularités sont les atouts majeurs du territoire et fondent son caractère. Et, loin des idées qui pourraient être reçues, la création du Parc national de forêts ne consiste pas en la mise sous cloche de territoires ruraux ! En effet, le territoire préservé du parc national a été, très tôt et en grande partie, occupé et façonné par l’humain au cœur des forêts de Champagne et de Bourgogne. Il dispose d’atouts exceptionnels, tant pour ses patrimoines naturels que pour ses richesses et potentialités culturelles, économiques et sociales.

Témoin privilégié des liens étroits entre l'humain et la nature depuis le Néolithique, la forêt recèle et protège de nombreux vestiges archéologiques et conserve l'empreinte du travail des moines au Moyen-âge, de l'exploitation agricole, forestière, hydraulique ou métallurgique à différentes époques. Ainsi, l’originalité du Parc national de forêts réside dans la présence forte et durable de l'humain et de ses activités sur l'ensemble de son territoire, centrées sur l’utilisation des ressources naturelles, la forêt et le bois, l’agriculture, la pierre.

Les villages, en traversant les siècles, sont relativement préservés et ont conservé leur caractère authentique et leur composition urbaine. On peut encore y lire leurs usages sociaux et économiques premiers, lieux de vie, travail agricole, viticole, métallurgique… Chacun d’entre eux possède également une église, un cimetière, un lavoir, des croix… témoignages discrets de la vie quotidienne d’hier et d’aujourd’hui. La métallurgie laisse, quant à elle, la présence les grandes bâtisses des maîtres de feux et maîtres de forges.

Eglise et lavoir de Salives
Lavoir de Villemervy
Village viticole de Chaumont le Bois

Une charte pour le parc national

Le Parc national de forêts est fondé sur des bases solides qui ont demandé 10 années de préparation. Une démarche complexe quand il s’agit à la fois de protéger et valoriser, sur le long terme, des écosystèmes et des richesses culturelles emblématiques à l’échelle d’un pays, de répondre à de grands enjeux planétaires actuels et de prendre en compte les préoccupations des habitants et des acteurs locaux, fortement concernés par le devenir de leur territoire. Pour atteindre ces objectifs, un projet territorial a été coconstruit et la charte du Parc national de forêts écrite.

L’élaboration de cette charte, qui fixe une trajectoire pour les 15 années à venir s’est inscrite dans une démarche de concertation associant les différents acteurs du projet de parc national. Elle permet d’engager un contrat entre le territoire d’une part, représenté par ses habitants, les élus, les associations et les opérateurs économiques, et l'Etat via le Parc national d’autre part.

Pour les communes, mais aussi pour les entreprises et les humains qui agissent sur leur territoire, adhérer à ce projet collectif, revient à s'engager dans une démarche de cohérence dans la durée. La libre adhésion de chaque commune à la charte permet au parc national de se constituer par agrégation des territoires autour du cœur, formant ainsi « l'aire d’adhésion » précédemment évoquée.

Pour le cœur du Parc national de forêts, elle définit un projet de préservation des patrimoines naturel, culturel et paysager, et précise les modalités d’application de la réglementation qui s’y applique. Pour le cœur et l’aire d’adhésion, elle définit un projet de développement durable, et indique les moyens de les mettre en œuvre.

Le Parc national a pour ambition de concilier la préservation de  patrimoines exceptionnels et le développement économique, social et culturel de son territoire pour la plus grande fierté de ceux qui contribuent à le faire vivre !

Arc-en-Barrois
Arc-en-Barrois ©Eric Giradot